Créer un projet scolaire

article-school

Crèches, maternelle et primaire : une vocation plus qu’un métier

Parler de rentabilité dans le secteur de l’éducation n’est pas forcément appropriée. La motivation première dans ce cas étant l’amour que l’on porte aux enfants. Ceux qui l’ont compris auront l’endurance et la persévérance nécessaires pour asseoir une notoriété de l’établissement qu’ils créeront avec amour et conviction. La rentabilité arrivera sans aucun doute par la suite. Explications.

«C’est une formidable aventure où on apprend beaucoup sur soi et les autres.  Les enfants sont une source inépuisable et toujours renouvelée de bonheur, d’épanouissement et de gratification personnelle…Il faut être animé par des valeurs humaines car c’est plus qu’un métier,c’est une vocation…
Il faut être aussi très patient, être dans l’accueil et la pédagogie. En clair, il faut se mettre au niveau des enfants pour faire passer ses valeurs quelles soient éducatives, citoyennes ou humaines…
». L’avis de Mme Wafâ El Boury, directrice de l’école maternelle et primaire Espace Eveil est poignant. Car il fait ressortir les principales qualités à avoir pour se lancer dans une telle aventure.

Douce et ouverte vers le monde extérieur, la directrice de l’école a consacré déjà beaucoup d’énergie au service des enfants et à la grande satisfaction de leurs parents. C’est en 1997 qu’elle crée son école à l’aide d’une mise de départ de deux millions de dirhams. Le concours bancaire ayant représenté le  principal levier de financement. Sis sur une surface de 1000 m², Espace Eveil est un espace d’enseignement des niveaux maternelle et primaire. L’environnement de l’établissement, son architecture, sa superficie répondent  aux besoins et spécificités des enfants d’âge préscolaire .
Pour des raisons de sécurité, tout le rez-de-chaussée a été dédié au préscolaire. Les risques de bousculades et de chutes seront ainsi minimisés. La maîtresse des lieux insistera sur le fait que les salles de classes devront être très bien éclairées pour le bien être des enfants. De grandes ouvertures ont été prévues pour favoriser un bon ensoleillement.
Concernant le mobilier, il a été choisi en fonction de la taille des enfants pour favoriser de bonnes postures.
« Nous avons donné le choix aux tables rondes et modulables afin qu’ils puissent travailler en groupe ou individuellement, ce qui permet une plus grande diversité des situations pédagogiques et des modes de communication», explique Madame El Boury.

Le premier étage a été consacré aux classes du primaire. En tout, l’établissement comprend  10 classes, réparties en 4 classes de maternelles  et 6 classes du primaire comprenant une classe par niveau.
Les normes à respecter sont strictes et signent le sérieux et l’engagement des responsables des lieux. Wafâ El Boury en fait un gage de sérieux vis à vis des enfants et de leurs parents. C’est dans cette optique que les enfants disposent en plus des salles d’autres espaces spécialisés(psychomoteur, travaux manuels, atelier de langages , et jeux). Deux cours permettent d’assurer les temps de récréation tout en respectant les âges. Une bibliothèque et une salle d’informatique agrémentent l’ensemble au grand  bonheur des élèves.

Au delà des aménagements, la notoriété d’une école passera, avant tout, par son corps enseignant. A Espace Eveil, les classes maternelles sont gérées par une éducatrice,secondée de trois à  quatre auxiliaires par classe selon l’âge des enfants. Pour les classes du niveau Primaire, 3 maîtresses et une auxiliaire se partagent la noble tâche de transférer les premiers rudiments de l’enseignement aux élèves… De niveau bac et même bac+2, les éducatrices ne sont autorisées à exercer qu’après avoir reçu le diplôme délivré par l’établissement de référence au Maroc Al Manar. Tout compte fait, la réputation d’un établissement se fait en grande partie à travers ses éducatrices. S’investir dans les compétences représente donc l’une des principales préoccupations des personnes qui souhaitent investir dans ce domaine.  « Les cinq premières années sont décisives. La rigueur et le sérieux récompenseront finalement les efforts des porteurs de tels projets», déclare la directrice de l’école maternelle et primaire. Le retour d’investissement en moyenne est fixé justement à 5 ans, dans le secteur de l’enseignement, indépendamment des niveaux de classes. L’effort consenti contribuera à accélérer le phénomène en fonction des opportunités du marché. Là encore, les visions différeront en fonction de l’état d’esprit de chaque propriétaire d’école.

« Tout ce que je souhaite c’est maintenir, consolider, améliorer l’existant en terme de qualité, d’accueil et non en terme d’expansion. Mon  objectif est de privilégier la qualité à la quantité… Sinon en presque 20 ans, il y aurait eu la création de nouveaux établissements !» Mme El Boury fait bien de remarquer que les critères de qualité et de rigueur détrônant dans ce secteur ceux liés à la rentabilité n’encouragent pas ceux qui veulent se faire de l’argent rapidement. Le domaine ne s’y prêtent pas et les parents premier prescripteur de l’école maternelle et primaire peuvent faire ou défaire la réputation d’une école en deux trois mouvements… Le risque est grand. Cela dit la demande reste ouverte aux personnes rigoureuses qui sont prédisposées à embrasser une telle carrière par amour des chérubins !

Du côté des crèches…

L’engouement dans ce domaine est plus fort que le premier. Mais la démarcation s’effectuera toujours par la qualité de la pédagogie. Le retour d’investissement est même des fois plus rapide que les établissements dédiés aux niveaux supérieurs. Concrètement une crèche destinée à accueillir une centained’enfants, nécessitera un investissement global de près de  3 ou 4 MDH selon la localisation géographique du site. Retenant des niveaux de frais de scolarité compris entre 1500 DHS et 3000 DHS, il faudra entre 4 ou 5 ans pour rentabiliser une telle affaire. Le choix du local est très important. Et la décision entre louer ou acheter dépendra de l’assise financière de l’investisseur. L’acquisition du terrain dépassant les 50%du coût d’investissement global. La flambée du foncier à Casablanca pouvant faire grimper à des niveaux vertigineux de tels projets. Dans ce cas, l’investissement peut dépasser de loin les 10 MDH. Côté charges annuelles, elles peuvent atteindre facilement le million de dirhams. Hormis les charges courantes liées à l’électricité, aux fournitures scolaires, aux équipements de cuisine si l’établissement admet une cantine, les salaires des éducatrices rappellent qu’elles doivent impérativement être diplômées pour exercer le métier. De là et selon l’ancienneté, elles peuvent avoir des salaires qui atteignent ou dépassent les 10000 DHS. Investir dans le personnel est une condition de réussite. Et c’est bien la stratégie adoptée par cette crèche sise dans le quartier Palmier et dont le personnel est resté presque le même depuis des décennies. Certains parents ont vu leurs propres enfants pris en charge par des éducatrices qu’ils ont eu dans leur propre cursus ! La recette ne relève pas de la magie mais de la bonne gestion d’un tel établissement. Les éducatrices qui trouvent de bonnes conditions de travail demeurent fidèles et s’investissent davantage au grand soulagement du directeur. Ce dernier devra être au moins détenteur d’une licence ou d’un diplôme de 1er cycle de la filière de l’enseignement supérieur pour pouvoir diriger une crèche. La loi est claire et englobe tous les aspects relatifs à la création d’une crèche et à son fonctionnement proprement dit. C’est la loi 40-04 qui régit le fonctionnement des crèches privées. Les espaces par nombre d’enfants sont clairement spécifiés : 4 m² par enfant âgé de 18 mois et 2,75 m² par enfant dépassant cet âge. Les salles de cours d’éducation et de jeux éducatifssont conçues pour recevoir 18 enfants au maximum. Les normes d’aération, d’issues de secours, de sécurité et d’hygiène sont clairement spécifiées dans le dispositif légal et tous les établissements sont soumis à inspection. L’autorisation d’exercer n’est délivrée qu’une fois que toutes les conditions sont réunies.

Le créneau est noble. Et ce seront uniquement les investisseurs engagés et conscients des enjeux qui réussiront à se positionner et se démarquer. L’endurance étant aussi un gage de réussite dans ce domaine.

Related Articles